gif

Association Les Amis des Arts de Marcigny

Blason de la ville de Marcigny (Marcigny-sur-Loire ou Marcigny-les-Nonnains)  L'Histoire de Marcigny, des origines à la Révolution Française

La Tour du Moulin : 600 ans d'existence, 100 ans de classement 1409-1909-2009 pdf

Le JSL 17 février 2009

     Les Amis des Arts défendent le patrimoine local. L'association des « Amis des Arts de Marcigny » poursuit sa mission : préserver et mettre en valeur le riche patrimoine historique et culturel de la ville, ainsi que de conserver et de transmettre la mémoire collective de Marcigny et sa région. Elle s'y emploie activement, sous l'impulsion de son président Jean Berthelier, et du conservateur du musée Marcel Perrot, proposant durant une large partie de l'année, la visite des salles du musée de la Tour du Moulin, qui possède le label « Musée de France » qui abrite de remarquables collections, notamment de faïences. Visites guidées de la ville, et exposition sont également organisées. L'association a dressé son bilan d'activités lors de son assemblée générale, pour laquelle le président Berthelier eut le plaisir d'accueillir les représentants de la Municipalité : Carole Chenuet et Jacques Charmont, adjoints au Maire (qui représentaient Louis Poncet). Étaient aussi excusés : Messieurs Rebillard (conseiller général) et Ducarre (président de la Communauté de Communes).
     Rapport moral du président : L'an 2008 fut placé sous le signe de la morosité, avec une diminution sensible de la fréquentation du musée, qui a attiré 1278 visiteurs (dont 650 à titre gratuit, à l'occasion des journées du Patrimoine). Autre souci rencontré par l'association : celui du gardiennage que n'a pu assurer Christine Préaud, pour raison de santé, qui assurait ce poste depuis 10 ans. Son licenciement a entraîné des dépenses supplémentaires imprévues. De plus, son remplacement a posé problème, assuré avec difficultés pour la saison, par un nombre trop restreint de bénévoles. Des remerciements sont adressés à Claire Sicard et Dominique Hanneton, pour l'encadrement des visites de groupes. Une plus grande implication est demandée aux membres actifs, pour assurer la bonne marche du musée, et soulager le bureau. Le point positif est constitué par les journées du Patrimoine, orchestrées par la municipalité, qui a montré sa motivation pour le patrimoine local culturel, et la participation de ses délégués, au sein du Conseil d'administration.
     Le bilan financier : Il est dressé par M. Magistry, qui fait état du coût des indemnités de licenciement de la gardienne du musée, et du coût salarial de son remplacement. Il remercie la Municipalité de son précieux soutien financier et matériel, notamment pour compenser la gratuité des entrées au musée pour les journées du Patrimoine, de l'attribution de sa subvention. Il communique le nombre d'entrées au musée (628 payantes et 650 gratuites pour Le Patrimoine) et les difficultés rencontrées pour assurer l'équilibre du budget, pour l'exercice écoulé.
     Intervention du conservateur : Les visiteurs, certes moins nombreux, ont fait part de leur satisfaction au sujet de l'exposition estivale 2008. Elle était d'un grand intérêt consacrée aux « Monnaies françaises d'autrefois, pièces de métal du XVe au XXe siècles, et argent de papier du XVIIIe au XXe ». Il fait part de sa déception sur l'absence totale de visites des scolaires, malgré informations et invitations. Il dévoile le thème de l'exposition 2009 : « Sceaux, cachets, médailles et signatures », constate que les journées Patrimoine ont attiré autant de visiteurs, que durant toute la saison au musée, ouvert 214 jours au public.
     Les projets de fonctionnement : Une convention renouvelable, qui marque leur engagement commun culturel, sera signée entre « Les Amis des Arts » et la mairie. L'association assure la gestion et l'animation du musée, dont la promotion sera assurée par la ville, par le canal de son site Internet. L'association envisage le recrutement d'un employé professionnel qualifié, à temps complet, pour assurer le gardiennage, les animations, la préparation d'exposition, les travaux de récolement et d'inventaire, courant mars. Embauche qui se fera par le biais d'un contrat « Emploi tremplin » qui permet de bénéficier d'aides importantes du Conseil Régional et Général, et du plafond de financement de la mairie. La journée du mardi est choisie pour fermer le musée en période basse (1er avril/14 juin et 16 septembre/31 octobre). Il sera fait appel aux membres de l'association pour assurer l'entrée au musée, lors de la journée de congés accordée au gardien, en été du 15 juin au 15 septembre.

Le JSL 16 février 2008

     Même si la fréquentation est en baisse, 1181 visiteurs ont admiré les collections du musée en 2007, époustouflés par la charpente, étonnés de la richesse des œuvres dans une aussi petite ville. L'association des « Amis des Arts de Marcigny et sa région » a tenu son assemblée générale sous la présidence de Jean Berthelier, assisté à la tribune par Marcel Perrot, conservateur du musée, MM. Declas et Magistry, vice-président et trésorier. L'année écoulée a été placée sous le signe de la morosité. L'association s'est trouvée endeuillée avec la disparition de Gérard Van Eeckout, administrateur. Le musée a enregistré le vol d'une pièce du XV° siècle. La baisse de la fréquentation, de l'ordre de 20 %, a entraîné des difficultés financières. Une baisse liée à de multiples causes : la météo très pluvieuse ; un désintérêt vu la profusion des images à domicile (les collections du musée ne sont pas en ligne) ; le coût de l'entrée alors que les expos de plein air sont accessibles gratuitement ; le vieillissement du musée local coincé dans la Tour ; le vieillissement de l'équipe bénévole.
     Un projet d'extension du musée : D'où la nécessité d'agrandir le musée pour l'ouvrir sur d'autres expositions, pour un public plus large, et surtout de rajeunir le groupe actif. L'association souhaite qu'un délégué du conseil municipal assiste aux réunions du conseil d'administration. Une demande est formulée pour compléter l'éclairage de la Tour. Une surveillance vidéo serait aussi nécessaire. Un avant-projet d'extension du musée a été proposé dans le cadre des actions culturelles du Pays Charolais-Brionnais, et confié à l'Architecte Jacques Valla. L'association, chargée de défendre et promouvoir le patrimoine local, souhaite être consultée par les élus, dès lors que des travaux de restauration importants sont envisagés (hôtel de Précy, maison des associations, église). L'association a acquis un album de photos anciennes du canal pour une exposition ultérieure. L'argent versé a servi à financer en partie l'installation d'une école à Madagascar. Le budget 2007 s'équilibre grâce à la subvention versée par la commune qui permet la prise en charge totale du salaire de la gardienne du musée. Le trésorier Jacques Magistry adresse des remerciements à la municipalité pour les aides financières et techniques. Pour la restauration du tableau « La déploration du Christ Mort », la subvention de la DRAC a ramené de 40 % à 33 % le coût total, restant à la charge des « Amis des Arts » 1590 euros au lieu de 1884 euros. La restauration d'autres tableaux, pourtant nécessaire est ajournée.
     Rapport d'activités et projets pour 2008 : Le conservateur du musée et secrétaire, Marcel Perrot, a constitué un dossier pour améliorer les rentrées financières de l'association, en la faisant reconnaître « association culturelle d'intérêt général ». Elle permet aux adhérents et aux donateurs de déduire 66 % de la somme versée de leur déclaration de revenus. Deux dossiers ont été traités : l'herbier de Quentin Ormezzano ; et les conséquences du prêt fait au musée du Judaïsme de Munich (Allemagne) d'une aiguière italienne de 1510, achetée à la vente de 1939 à Londres de la collection des 440 majoliques du Dr Alfred Prinsheim, collectionneur juif, et faisant partie du don de Charles Damiron au musée de la Tour du Moulin. Un collectionneur venu admirer l'exposition de carreaux a fait cadeau de son ouvrage « Le monde carré de Benoit Faÿ » et permis de retrouver l'origine des carreaux émaillés grâce aux spécialistes du Museon Arlaten d'Arles.
     L'exposition 2008 sur le numismatique : Elle sera intitulée « Monnaies françaises d'autrefois » Pièces de métal du XIV° au XX° s. Argent de papier, assignats et billets, du XVIII° au XX° s. La collection du musée, somme toute modeste, sera enrichie par des prêts de collections particulières. Une bonne occasion de réviser l'Histoire de France.

Le JSL 15 octobre 2007

     Des nouvelles du musée de la Tour du Moulin. Après le vol, il y a quelques semaines, d'une petite tête de femme datée du XVe siècle, un heureux événement réjouit les Amis des Arts et le conservateur du musée. Alors qu'ils procédaient à des travaux de maçonnerie dans l'arrière-cour du bâtiment acquis par la ville, pour y établir les loges de la salle de spectacle « Le Foyer », Henri Couturier et Samuel Coelho, de l'entreprise Coelho d'Iguerande, ont découvert, alors qu'il avait été utilisé en réemploi, un modillon de l'église du Prieuré des Bénédictines du XIe siècle, à l'angle d'un mur. Cette pierre sculptée qui, à l'origine, comme à Anzy-le-Duc, décorait le dessous du toit (il devait y en avoir tout autour) représente un buste de femme aux longs cheveux. C'est en le photographiant que Marcel Perrot, le conservateur, a reconnu Ève tenant le serpent des deux mains. De la main droite, elle tient la queue du serpent, de la gauche le cou dont la tête lui tète le sein gauche. Cette image de femme peut être interprétée de deux façons. Ou bien elle allaite le serpent, donc c'est un acte volontaire, et le serpent étant la représentation du démon, Ève, donc la femme, est considéré comme la pécheresse qui nourrit le mal. Il faut donc la punir. Elle sera chassée du paradis terrestre, mais ici cela dépasse l'épisode de la pomme. Ou bien, c'est le serpent qui la tète et elle essaie de le retenir avec difficulté : le mal est en elle malgré elle. C'est une femme qui connaît le mal en essayant de s'en défaire, et elle peut être rachetée. Elle serait alors plus proche de l'image biblique de la pécheresse Marie-Madeleine. Cette découverte prouve que Marcigny n'a pas encore livré tous ses trésors, et que de nombreux vestiges de sa splendeur et de sa richesse patrimoniale dorment encore dans ses murs, dans ses sols, sous ses planchers et dans ses plafonds. Toutes nos félicitations aux deux maçons qui ont averti les responsables du patrimoine de la ville. Le modillon est désormais exposé au musée, et sera visible tout le mois d'octobre, jusqu'à la fermeture du musée. Celui-ci peut ensuite être ouvert, mais uniquement pour les groupes d'au moins 10 personnes, sur rendez-vous, avec demande une semaine à l'avance, par courrier, de préférence, adressée au conservateur du musée, rue de la Tour, 71110 Marcigny. Article rédigé par Michel Pigeron

Le JSL 17 avril 2007

     Le tableau restauré de Saint Hugues a été dévoilé. Vieux de plus de deux siècles, le « portrait présumé de Saint Hugues » était très endommagé. Parfaitement restauré, il a trouvé sa place au musée de la Tour du Moulin.
     Les visiteurs commencent à affluer au musée de la Tour du Moulin, dont la réouverture est intervenue depuis le début du mois. Le musée est abrité dans le cadre exceptionnel d'une tour du Xe siècle, classée monument historique, seul vestige du Prieuré des Dames Bénédictines, fondé par Saint-Hugues au XIe siècle, donc site Clunisien. Tous les membres de l'association des Amis des Arts conduite par Jean Berthelier se trouvent mobilisés par leur prochaine exposition qui aura pour thème « Carreaux de pavement, de revêtement et de décoration ». Exposition qui va voir le jour, courant mai, grâce aux dons de 17 carreaux, par les héritiers d'Etienne Masson, collectionneur à Melay.
     Autre don, riche en symboles dont vient de bénéficier l'association, celui du « Portrait présumé de Saint Hugues » grâce à la générosité de Maïssa Galland, en souvenir de sa mère Mme Tissier. Grâce à l'aide apportée par la Direction Régionale des Affaires Culturelles et du Conseil Général, la restauration de cette œuvre a été confiée à Florence Guillemin, brillante élève de l'École Condé de Lyon, puis en 4e année de celle de Paris, laquelle, dans le cadre de son mémoire de restauration a réalisé un travail technique prodigieux, sur cette œuvre de grande valeur, très endommagée. Tableau qui a retrouvé toute « sa jeunesse » grâce à la retouche « illusionniste » apportée par le talent de Florence Guillemin, qui lui a valu une excellente note et des perspectives d'avenir encourageantes dans la carrière à laquelle elle se destine.
     Très intimidée, Florence Guillemin était l'invitée d'honneur des « Amis des Arts » pour l'accrochage de ce « Tableau présumé de Saint Hugues » dont les origines remontent au XVIIIe ou début XIXe siècles. L'occasion pour elle de dévoiler les différentes étapes et techniques utilisées pour la restauration de l'œuvre. Le président Jean Berthelier aux côtés du conservateur du musée Marcel Perrot réservèrent le meilleur accueil à leurs invités en cette heureuse circonstance. Parmi l'assistance, nous relevions la présence du conseiller général Jacques Rebillard, des adjoints au maire Monique Clément et Louis Poncet (également président de l'Office de Tourisme) qui devaient excuser de leurs absences MM. Perrier, maire, et Capiez, président de la Commission culturelle. Réception à laquelle assistaient également la donatrice du tableau Maïssa Galland, accompagné de son époux, le père Grobot, curé de la paroisse, et Jean-Louis Dosso, président de l'association des Vieilles Pierres.
     Devant une assistance composée de nombreux spécialistes de la politique, de l'histoire, de l'iconographie et de la Sainteté, Guy Tixier, président d'honneur des « Amis des Arts » retraça le portrait et l'action influente de l'œuvre de Saint Hugues, né à Semur-en-Brionnais en 1024, et décédé à Cluny, à l'âge de 85 ans, dans ce monastère où il passa 70 ans de sa vie. Il sera canonisé en 1120. Sous sa direction, la Congrégation de Cluny se développa rapidement, comptant bientôt plus de 10.000 membres. Il commença la construction de la grande église de Cluny et fonda de nombreux monastères, entre autre, la célèbre et mondialement connue Abbaye de Marcigny. Soyons fiers dans notre petit coin du Brionnais, de cet enfant du pays, que par l'intermédiaire du portrait, dévoilé et déposé au musée de la Tour, son souvenir se perpétue dans notre paroisse de « Saint Hugues des bords de Loire ».
     Article rédigé par Michel Pigeron. Le musée est ouvert tous les jours de 14h à 18h. Pour les visites guidées destinées aux groupes, il est indispensable de prendre contact par téléphone au 03.85.25.37.05 ou auprès de l'Office de Tourisme au 03.85.25.39.06.

Le JSL 8 mars 2007

     Les Amis des Arts préparent la réouverture du musée. Faisant suite à l'assemblée générale des Amis des Arts le conseil d'administration de l'association s'est réuni sous la présidence de Jean Berthelier. La réouverture du musée est repoussée, elle aura lieu le Dimanche 1er Avril. Il sera ouvert aux visiteurs tous les jours jusqu'au 14 juin de 14h à 18h, puis du 15 juin au 14 septembre de 10h30 à 12h30 et de 14h à 19h, puis à nouveau de 14h à 18h du 15 septembre au 31 octobre. Deux groupes auront la primeur de ce début de saison, avec visites commentées et guidées. Celui de Thimelier en provenance d'Amplepuis, puis le Comité de Jumelage de Mably (Loire) franco-anglais. La gardienne du musée Christine Préaud reprendra ses fonctions le 1er avril. Le président annonce la prise en charge de son salaire et des charges par la Municipalité, qui a d'autre part reconduit la subvention de l'association. Un appel à candidature a été également lancé par la Municipalité pour la désignation d'un architecte, sur l'avant-projet d'extension du musée de la Tour du Moulin, qui possède le label « Musée de France ». La nouvelle saison s'annonce riche pour les visiteurs : groupes, sociétés, scolaires, particuliers, qui pourront admirer des collections permanentes dans chaque salle. Les bénévoles de l'association se mobilisent pour l'installation des vitrines. Le tableau, portrait présumé de Saint Hugues, offert par Mme Galland sera présenté au musée le Samedi 14 avril, par sa restauratrice Florence Guillemin, de l'Ecole Condé de Lyon, qui a réalisé un travail technique aussi remarquable que prodigieux. Le conservateur du musée Marcel Perrot apporte des précisions sur l'exposition qui sera organisée, et qui s'intitulera : « Carreaux de pavement, de revêtement et de décoration ». Son inauguration est prévue le 19 mai, elle sera ouverte jusqu'au 31 octobre, date à laquelle le musée fermera ses portes. Article rédigé par M. Pigeron

Le JSL 26 février 2007

     L'association des Amis des Arts reprend du service. En prévision de la réouverture du musée de la Tour du Moulin, le conseil d'administration des « Amis des Arts » se réunira le samedi 3 mars, salle n°2 de la mairie à 9 heures. Le tiers sortant : Mmes Blanc et Molière, MM. Declas, de La Celle et Magistry ont été réélus. Lors de son assemblée, l'association a pu enregistrer une légère hausse : 1.557 entrées concernant la fréquentation du musée. Les Amis des Arts ont prêté à la Bibliothèque Nationale de Dijon, pour numérisation, la revue du Bourbonnais-Brionnais 1913/1914. Ils ont fait parvenir aux archives départementales de Mâcon des photos et une description d'objets provenant du canton de Semur. Le président Jean Berthelier fit part de la maladie de la gardienne du musée et des difficultés engendrées pour pourvoir à son remplacement, qui a entraîné des charges financières supplémentaires. Il informa les sociétaires de la réception d'un gros livre, imprimé à Istambul et expédié d'Allemagne, dû à un mouvement créationniste islamiste. Il présenta le plan d'un projet d'agrandissement du musée, incluant le garage Simonin, dont la commune s'est rendue acquéreur. Le conservateur Marcel Perrot annonça l'exposition 2007 qui aura pour thème : « Carreaux anciens de pavement, de revêtements et de décoration », rendue possible par le don des héritiers d'Étienne Masson, collectionneur à Melay, de 17 carreaux anciens. Ils viennent s'ajouter à ceux qui sont déjà dans la collection (Château d'Arcy XVe, Hospices de Beaune XVe, Delft XVIIe, Moyen Orient, etc.). Le tableau « Portrait de Saint Hugues », donné par Mme Galland (Marcigny), vient d'être rendu après restauration. Il sera présenté par sa restauratrice au musée, samedi 14 avril. Le tableau dont la restauration était prévue depuis 4 ans a quitté les murs du musée début janvier. La restauration de « Déploration du Christ mort » doit durer plusieurs mois. Le musée du judaïsme de Munich, en Allemagne, empruntera pour deux mois l'aiguière de mariée (majolique italienne) qui avait été achetée par Charles Damiron au Dr Pringsheim, collectionneur juif, pour la reconstitution momentanée de son ancienne collection (date anniversaire).

Ville de Marcigny

gif