gif

Le château de Chevannes à Saint-Racho

Château de Chevannes à St-Racho


Courtépée (tome III, p.124) donne à propos de Chevannes les précisions suivantes, dans sa notice sur Dun-le-Roi : « Chavannes, a Cabanis, autrefois à Philibert Naturel, seigneur de la Plaine en Lyonnais, dont le frère, de même nom, était prévôt d'Utrecht, abbé d'Ainay, chancelier de l'Ordre de la Toison-d'Or en 1504, et ambassadeur en France pour les empereurs Maximilien et Charles V ; c'est lui qui, de la part de ce dernier prince, dénonça la guerre à François 1er étant à Dijon. On voit un Guillaume de Chavannes, doyen de Mâcon, inhumé en 1210 au cloître de la cathédrale. Chavannes est maintenant à N. de la Brosse, chevalier de St-Louis, résidant à Eseratz près de Beaujeu... »

Le manoir de Chevannes, aujourd'hui propriété du comte Bernard de Noblet, a été profondément modifié par la construction de la N. 487 qui relie la N. 79, à l'Ouest de Ste-Cécile, à La Clayette ; le percement de cet axe routier a amputé le manoir de tout son domaine oriental, mais permet en retour d'avoir sur lui, de la route, une vue séduisante.

Le logis principal du manoir de Chevannes, édifié sur plan rectangulaire et bâti de pierres roses, présente, à l'étage, quatre fenêtres à meneaux sur la façade orientale (dont l'une est murée) ; quatre lucarnes sont encore ménagées dans la toiture sur cette même face ; deux d'entre elles sont gravées de la date 1627 ; indice à tout le moins d'une reprise architecturale de ce logis, qui paraît été avoir été, quant au gros œuvre, édifié dans la première moitié du XVIe siècle.

Le bâtiment principal est accosté de deux tours rondes, coiffées de poivrières, aux angles Sud-Ouest et Nord-Ouest ; il est prolongé par deux ailes en équerre, à usage de dépendances, qui composent avec lui une sorte de plan en U ; l'aile Sud-Est est un bâtiment de remise, tandis que l'aile Nord-Est, plus étroite, présente une élégante galerie, supportée par une colonne octogonale surmontée d'un chapiteau de rosaces à quatre pétales, et délimitée par une balustrade et une arcature de bois aux cintres surbaissés.

De petites archères se voient encore dans la maçonnerie des deux tours d'angle. A l'entrée du domaine, un puits porte la date 1671, gravée sur son linteau droit.

Source : Fiche Monument du manoir de Chevannes établie en 1970 par Mme Oursel, inventaire de la commune de St-Racho, AD71.

gif