gif

La famille DE FRANC

Armoiries des de FRANC

Source : Indicateur héraldique et généalogique du Mâconnais, Adrien Arcelin (1865)

Armes. D'azur, au franc quartier dextre chargé de trois barres d'argent, à une bande de même brochant sur le tout. CHEVILLARD. GUICHENON.

On a blasonné à tort à l'armorial général : D'argent, à trois fasces d'azur, et une cotice de gueules brochant sur le tout.

Fiefs. Essertaux (Bussières). Grenot (Uchizy). Anglure (Mussy-sous-Dun). La Salle-Manziat (en Bresse). Loise, par alliance avec les Lugny. La Garde-sur-Viré. Aumont. Vergisson.

Origines. On commence leur filiation à Charles de Franc, seigneur d'Essertaux, marié à Claudine de Chacipol, le 29 octobre 1514.

Etat généalogique. Deux branches, éteintes l'une et l'autre, au XVIII° siècle.

1° Les seigneurs d'Essertaux.
2° Les seigneurs de la Salle-Manziat, passés en Bresse.

Alliances. De Chacipol, 1514. De Chevrel, 1542. De Lugny, 1570. De Candie. De Foudras. De Rougemont. De Pierreclos. De Mincé. Barthelot de Murzeau.

Preuves à consulter :

GUICHENON, Hist. De Bresse, art. Rougemont, Généal.
LA CHESNAYE DES BOIS, t. VI, p. 627, Généal.

- Généalogie de la famille DE FRANC d'après le Grand Armorial de France

- Géolocalisation des fiefs de la famille DE FRANC avec Google Maps

- Mentions à la famille DE FRANC dans "Inventaire-sommaire des Archives départementales de Saône-et-Loire antérieures à 1790, séries A et B" (sauf mention spéciale, les actes sont du bailliage de Mâcon) :

1560. Cause civile pour Nicolas de Franc, seigneur d'Essertaux [B. 836]
1576. Procédure sur requêtes en trouble pour Louis de Franc, seigneur d'Essertaux et de Loize [B. 852]
1584. Requête en compulsoire pour Louis de Franc, écuyer, seigneur d'Essertaux [B. 881]
1596. Serment de fidélité prêté au roi Henri IV par Jean de La Franchise, capitaine du château de la Clayette [B. 918]
1596-1599. Contrat de mariage entre Charles de Candie, seigneur de Léal et Varennes, et Françoise, fille de Louis de Franc, écuyer, seigneur d'Essertaux, Loise et la Salle-de-Manziat [B. 1337]
1597. Procédure civile pour Jean de La Franchise, écuyer, seigneur d'Anglure [B. 921]
1605. Procédure civile pour François de Franc, seigneur d'Essertaux et en partie de Serrières [B. 955]
1608. Procédure civile pour François de Franc, écuyer, seigneur d'Essertaux, et Jeanne de Foudras, sa femme [B. 965]
1610. Procédure civile pour Jean de La Franchise, écuyer, seigneur d'Anglure (Mussy-sous-Dun) [B. 973]
1610. Claudine de Lugny, veuve de Louis de Franc, seigneur d'Essertaux, Loyse et la Salle-en-Bresse, est, sur sa demande, déchargée de la tutelle de ses enfants [B. 976]
1611. Sentence qui condamne les sujets et justiciables de Jean de la Franchise, écuyer, seigneur d'Anglure, à faire moudre les bleds à eulx nécessaires pour l'entretien de leurs familles, au moulin bannal d'icelluy sieur et dépendant de son fief et seigneurie d'Anglure, et payer le droict de moulure selon l'ancien usage dudict lieu [B. 978]
1611-1659. Accord entre Barbe de Létouf, femme d'Antoine de Serment, écuyer, seigneur de Chavannes et des Noyers, et Jean de Franc, écuyer, seigneur d'Esserteaux, Vergisson, Serrières, Anglure, Montchanin et Survilly, héritier d'Anne Grandjean, veuve de Jean de La Franchise, écuyer, seigneur desdits lieux d'Anglure, Montchanin et Survilly [B. 1415]
1614. Procédures civiles pour Hector de Franc, écuyer, seigneur de Loize [B. 989]
1615-1618. Contrat de mariage entre Hector de Franc, écuyer, seigneur de Loche, et Charlotte de Cheminant, veuve de César de Fabry, seigneur de Brameloup [B. 1344]
1616-1720. Sentence condamnant Salomon Pelleterat de Bordes, maire de Bâgé-le-Châtel, à payer certains servis ou redevances que lui réclamaient François de Raffin, écuyer, seigneur de Pommier, et Marie Anne de Franc, sa femme [B. 1222]
1617. Procès-verbal de l'ouverture d'un testament de Sicard de Fabry, écuyer, seigneur de Brameloup, à la requête de Charlotte de Cheminant, sa veuve, femme en secondes noces d'Hector de Franc, écuyer, seigneur de Loize [B. 1006]
1619-1621. Contrats de mariage entre Louis de Franc, écuyer, seigneur de la Salle-de-Manziat, et Jeanne, fille de Louis de Mincé, écuyer, seigneur de Grenot [B. 1345]
1621. Procédure civile pour François de Franc, écuyer, seigneur d'Essertaux et Serrières, contre Hector de Franc, écuyer, seigneur de Loize, son frère. Procédure civile pour Jean-François de Candie, seigneur de Loize en Bresse, tuteur des enfants de Françoise de Franc, veuve de Charles de Candie, seigneur de Léal et Varennes [B. 1021]
1624. Réponse catégorique de François de Franc, écuyer, seigneur d'Essertaux, interrogé à la requête de Christine de Franc, sa sœur, religieuse au prieuré de Salles ; on lui demanda s'il estoit présent lorsque ladicte dame Christienne de Franc entra en religion, et s'il vit que, n'estant son intention d'y entrer, elle pleuroit amèrement, et que lors elle feust forcée et violentée pour adhérer aux volontez de ses parents ; il répondit qu'il assista ladicte dame de Franc, sa sœur, en la cérémonye et solempnité de sa réception, pour luy faire honneur, et ne la veid plorer ny icelle forcer à entrer audict prieuré de Salles, au contraire, elle y feust conduicte de gré à gré, et n'a ledict respondant jamais ouy parler ny sceu aucune violence luy avoir esté faicte [B. 1038]
1624. Procédure civile pour Jean de La Franchise, seigneur d'Anglure [B. 1039]
1625. Sentence condamnant Jean de La Franchise, écuyer, seigneur d'Anglure et Survilly, à payer une somme de 813 livres 9 sols, réclamée par François de Thibaut, écuyer, seigneur de Saint-Huruge. Sentence enjoignant : à Guyon de Fabry, écuyer, seigneur de Durefort, héritier sous bénéfice d'inventaire de Sicard de Fabry, écuyer, seigneur de Brameloup, de payer à Charlotte de Cheminant, veuve dudit Sicard et femme en secondes noces d'Hector de Franc, écuyer, seigneur de Loize, la somme de 1,023 livres 16 sols, montant de l'estimation d'une chambre garnie qui lui a été adjugée sur ladite succession [B. 1047]
1625-1628. Testament d'Anne Grandjean, veuve de Jean de La Franchise, écuyer, seigneur d'Anglure et Montchanin [B. 1351]
1633. Procédure civile pour François de Franc, écuyer, seigneur d'Essertaux ; Procédure civile pour Anne Grandjean, veuve de Jean de La Franchise, écuyer, seigneur d'Anglure et Montchanin [B. 1079]
1638. Contrat de mariage entre Jean de Franc, écuyer, seigneur d'Anglure, Montchanin, Essertaux, Vergisson et Serrières, et Gabrielle, fille de messire Hugues de Rougemont, baron de Chandée, seigneur de Pierreclos [B. 1352]
1644-1648. Contrat de mariage entre Annet de Gerbaud, écuyer, seigneur de la Serrée et Ferrières, et Françoise, fille de François de Franc, écuyer, seigneur d'Essertaux [B. 1354]
1645-1647. Procès-verbal constatant que les armes des de Franc, seigneurs d'Esserteaux, Loise et la Salle-de-Manziat, sont à trois chevrons d'argent brisés en champ d'azur et timbré [B. 1403]
1646-1775. Donation ou testament fait par Isabelle de Franc, femme d'Antoine de Josian de Grandval, écuyer, seigneur de Champagny [B. 92, bailliage de Bourbon-Lancy]
1646. Sentence donnant gain de cause dans divers procès à Hector de Franc, écuyer, seigneur de Loize [B. 1124]
1649-1651. Transaction et accord, au sujet de la terre de Loize, entre François de Franc, écuyer, seigneur d'Essertaux, et Jean de Franc, écuyer, seigneur d'Anglure [B. 1355]
1652-1654. Acte de réception d'Huguette de Franc, religieuse au prieuré Saint-Martin-de-Salles en Beaujolais [B. 1337]
1654-1657. Contrat de mariage entre Jean-François de Chambes, écuyer, seigneur de Villaneuf, et Philiberte, fille de Louis de Franc, écuyer, seigneur de la Salle-de-Manziat [B. 1358]
1654. Cause civile pour Pierre Defranc, écuyer, seigneur d'Essertaux [B. 47, bailliage de Bourbon-Lancy]
1656. Sentence autorisant Jacob Acéré, bourgeois et banquier de Lyon, à faire vendre par voies judiciaires la terre et seigneurie de Loize, saisie à sa requête au préjudice de Jean de Franc, écuyer, seigneur dudit Loize et d'Anglure [B. 1143]
1657. Sentence maintenant Jeanne de Mincé, veuve de Louis de Franc, seigneur de Grenot, dans le droit de nommer et présenter les chapelains de la Chapelle de Notre-Dame et de Tous les Saints, fondée en l'église Sainte-Catherine du temple de Montbellet, malgré les prétentions contraires de René de Chérizet, chevalier de l'ordre Saint-Jean de Jérusalem, commandeur de Chalon [B. 1144]
1658-1660. Transaction passée entre Jeanne de Mincé, veuve de Louis de Franc, écuyer, seigneur de la Salle-de-Manziat, et Jean de Chambes, écuyer, mari de Philiberte de Franc [B. 1407]
1675. Sentence donnant gain de cause dans divers procès à François de Franc, écuyer, seigneur d'Anglure et Essertaux [B. 1175]
1680-1682. Appositions de scellés, inventaires, main-levée d'hoiries, après le décès de Philiberte Du Puget, femme de Jean de Franc, écuyer, seigneur de la Salle et Grenot [B. 1284]
1695-1696. Sentence ordonnant au receveur des consignations, de payer certaines sommes qui lui restaient entre les mains, après le paiement des créanciers de Jean de Franc, écuyer, seigneur d'Anglure, Essertaux et autres lieux, dont les biens furent saisis et vendus par autorité de justice, lesdites sommes étant réclamées par Gabrielle de Rougemont, veuve dudit de Franc, et par Claude-Antoine de Franc, abbé d'Anglure [B. 1205]
1695. Baptêmes, mariages et sépultures pour la paroisse d'Ozenay. Le 29 mai 1695, mariage de François de Franc, écuyer, seigneur de Grenot, avec Elisabeth, fille de feu Antoine Conte, élu en l'Élection du Mâconnais [B. 1518]
1696. Baptêmes, mariages et sépultures pour la paroisse de Chardonnay. Le 2 avril 1696, baptême de Jean-François, fils de François-Robert de Franc, écuyer, seigneur de Grenot [B. 1448]
1726-1736. Sentence donnant gain de cause dans divers procès à Jean de Franc, écuyer, seigneur de la Salle, etc. [B. 1813]
1730-1737. Procédure civile pour Françoise Des Blaches, veuve de Jean de Franc, écuyer, seigneur de la Salle, etc. [B. 1749]
1744. Baptêmes, mariages et sépultures pour la paroisse Saint-Pierre de Mâcon. Le 15 juillet 1744, mariage de messire Claude-Marie de Franc, chevalier, seigneur de la Salle, avec Marie, fille de feu Victor-Amédée de La Fage, seigneur de Péronne [B. 1501]
1748. Baptêmes, mariages et sépultures pour la paroisse de Prayes. Le 18 septembre 1748, baptême du Françoise-Antoinette, fille de Claude-Marie de Franc, chevalier, seigneur de la Salle-de-Manziat, ancien capitaine d'infanterie demeurant au hameau de Culey [B. 1523]
1772. Baptêmes, mariages et sépultures pour la paroisse Saint-André de Tournus. Le 17 juin 1772, sépulture de Marianne de Franc, veuve de Marc-Antoine de Lavaur, écuyer [B. 1584]
1779. Cause civile pour Marie-Sophie de Franc, veuve de messire François-Saladin de Montmorillon, dame de Lucenier et autres lieux [B. 556, bailliage de Charolles]

- Famille FRANC (de) ou DEFRANC, Dictionnaire des famille françaises, par Gustave Chaix d'Est-Ange

FRANC (de) ou DEFRANC, en Mâconnais. Armes : d'or à trois tourterelles d'azur, membrées, becquées et allumées de gueules.

La famille DE FRANC, OU DEFRANC, est anciennement et honorablement connue en Mâconnais.

MM. Jean Martin et Jeanton lui ont consacré une notice dans leur Répertoire des familles notables de Tournus et de sa région.

Antoine Defranc était vers 1575 bourgeois de Mâcon. Laurent Defranc, de Valence, épousa à Mâcon en 1670 Benoîte Soldat. Joseph Defranc était sous Louis XVI notaire à Pont-de-Veyle. Louis Defranc était en 1784 chirurgien à Sennecey-lès-Mâcon. Nicolas Defranc, né en 1784, avocat, décédé en 1842, fut maire de Mâcon de 1831 à 1841. Il fut père de Claude-Emile Defranc, notaire à Chalon, marié en 1844 à Mlle Meulien. Le fils de celui-ci, Jean-André-Émile Defranc, fut autorisé, le 12 juin 1894, par jugement du tribunal civil de Mâcon, à substituer à son nom celui de : DE FRANC, en deux mots, que l'on trouve dans quelques actes antérieurs à la Révolution. Il laissait une fille, la comtesse Hilaire de Broissia, et un fils, Maurice de Franc, marié en 1914 à Édith de la Chapelle, veuve de M. André de Vaublanc.

La famille de Franc actuellement existante, ne doit pas être confondue avec une famille de Franc d'Anglure et de la Salle qui a appartenu à la noblesse du Mâconnais et de la Bresse. Cette famille portait pour armes : d'azur au franc quartier dextre du chef chargé de trois barres d'argent, à la bande d'argent sur le tout. C'est par erreur que des preuves de noblesse faites en 1779 pour la maison de Saint-Cyr lui attribuent les armes suivantes : d'argent à trois fasces d'azur et à la cotice de gueules brochant sur le tout. Charles de Franc, Sgr d'Esserteaux, fils de Philippe de Franc, épousa, le 29 octobre 1514, Claudine de Chacipol, veuve de Jacques de Chevrel, Sgr de Loeze. Son petit-fils, Louis de Franc, Sgr d'Essertault, en Mâconnais, épousa en 1570 Claudine de Lugny, héritière de la seigneurie de la Salle-Manziat en Bresse. Il en eut entre autres enfants, deux fils, qui furent les auteurs de deux branches, aujourd'hui l'une et l'autre éteintes : 1° François, Sgr d'Essertault, marié en 1603 à Jeanne de Foudras ; 2° Louis, Sgr de la Salle, marié à Jeanne de Mincey. Les représentants de ces deux branches furent maintenus dans leur noblesse, le 15 février 1669 par jugement de l'intendant Bouchu après avoir justifié leur filiation depuis un contrat d'acquisition passé en 1435. La branche aînée posséda, entre autres biens, la seigneurie, ou baronnie d'Anglure. Elle se fixa en Lorraine après le mariage que Nicolas de Franc, comte d'Anglure, chambellan du duc de Lorraine, contracta en 1729 avec Marie-Anne-Louise de Brossey. Un de ses représentants, Jean-Louis de Franc d'Anglure, natif de Nancy, fut promu en 1742 au grade de général de brigade, mais fut destitué comme noble pendant la Terreur ; d'après le Dictionnaire historique et biographique de la Révolution et de l'Empire du docteur Robinet, il ne serait mort qu'en 1844. Une représentante de la branche cadette, Étiennette-Marie de Franc de la Salle, née en 1769 à Manziat, en Bresse, fit en 1779 des preuves de noblesse pour être admise à la maison de Saint-Cyr. Claude-Marie et Marc-Antoine de Franc prirent part en 1789 aux assemblées de la noblesse du Mâconnais.

- Historique du fief d'Esserteaux (ou Essertaux)

Le fief d'Esserteaux, avec château, droits de justice, terriers et droits de dîmes, n'était néanmoins qu'un fief simple (la Chambre des Comptes de Dijon raye le mot baronnie dans le dénombrement du 18 juin 1648 donné par Jean de Franc).
La première mention de la villa Exartis figure au Cartulaire de Saint-Vincent de Mâcon, entre 970 et 975.
Les 16 août 1368 et 23 juin 1373, Henri Béchet, damoiseau, avoue tenir en fief et hommage du roi, une "tour" sise aux Esserteaux.
Vers 1423, Etienne de Franc, donzel et capitaine de Mâcon, achète Esserteaux avec la dot de sa femme, Jeanne de Lugny ; le fief demeure dans cette famille jusqu'à la date de son acquisition par Jean Donguy, chevalier, vicomte de Mably, le 21 août 1677, pour la somme de 76.100 liv.
Jean de Franc, écuyer, seigneur d'Anglure, Montchanin et Vergisson, était alors seigneur d'Esserteaux ; il avait épousé Gabrielle de Rougemont de Pierreclos (1) ; il eut aussi une partie de Serrières ; débiteur de grosses sommes d'argent envers Honoré de Chevrier et divers autres créanciers, il fut acculé à vendre son château aux Esserteaux.
Jean Donguy d'Origny, fils de l'acquéreur, épousa le 3 février 1678 Isabeau de Thibaut de Noblet ; il reprit de fief pour Esserteaux le 12 décembre de la même année. Après lui, son neveu Bernard de Noblet, chevalier, comte de Chénelette, reprit de fief le 14 mai 1696 ; c'est en sa faveur que furent érigées en marquisat, sous le nom de Noblet d'Anglure, ses terres et seigneuries d'Anglure et de Montchanin. Son fils aîné, Alexandre-Marie, hérita des terres (reprise de fief en 1733) ; puis la fille de ce dernier, Catherine de Noblet, son héritière, mariée à François-Louis de Dizimieu, seigneur de St-Julien en Dauphiné (2) (reprise de fief pour Esserteaux le 10 décembre 1764) et dénombrement le 6 avril 1770).
A la Révolution le château fut saccagé et endommagé ; Etienne Blondel, capitaine de la milice bourgeoise, en tournée, "reconnaît que les toits ont été abattus, les meubles, portes et fenêtres brisés et les archives forcées. De leur coté, les visiteurs nationaux des châteaux forts à démanteler déclaraient, en 1794, que celui d'Esserteaux était en mauvais état, n'avait aucun appartement logeable, le tout étant dégradé et qu'en plus il manquait d'eau." (F. Perraud)
Le château d'Esserteaux fut racheté, vers 1840, par M. Philibert, médecin à Lyon ; passa à son fils célibataire qui le transmit, vers 1890, à Mme Fichet, sa parente. Le château appartient aujourd'hui à M. Prunier.

Source : Fiche Monument établie en 1974 par Mme Oursel, commune de Bussières (AD71).

(1) Contrat de mariage passé au château de Pierreclos, le 23 novembre 1638 ; dénombrement donné le 30 avril 1649 pour Esserteaux.
(2) Actuellement Siccieu-Saint-Julien-et-Carisieu (38).

gif