gif

La famille de Lesdiguières

Source : Armorial du Dauphiné, G. de la Rivoire de la Batie, p. 90-91.

Lesdiguières, de gueules au lion d'or, au chef cousu d'azur, chargé de trois roses d'argent


BONNE-LESDIGUIERES. Les Diguières, Ambal, Le Glaifier, Laye, en partie, Saint-Laurent du Cros, en partie, la Verpillère, Saint-Jean de Bournay, la Mure, l'Oifans, Vizille, Auriac, la Rochette, Tallard, la Batie-Neuve, Lazer, Saint-Laurent de Mures, Anthon, Le Colombier, Auberive, Falavier, Moirans, La Tour-du-Pin, Châteauvilain, Quinfonnas, Eclofe, La Tour de Pachoudière, Heyrieu, Le Champfaur, &c, &C.

Bons gentilshommes du Champfaur dont la maifon a été illuftrée par le connétable de Lefdiguières, une des gloires militaires du Dauphiné.

Mettant à part d'un côté les flatteries généalogiques à l'aide defquelles on a voulu rehauffer outre mefure l'origine & l'exiftence de cette famille, & de l'autre l'opinion oppofée qui eft venu faire le contrepoids à ces mêmes flatteries, il eft certain que cette maifon eft ancienne. Nous n'oferions affirmer l'exiftence de Bofonnet de Bonne, vivant en 1250 ; mais elle n'en eft pas moins une des plus vieilles maifons du Champfaur.

Elle fe divifa en trois branches :

1° Celle des Diguières, dite de Lefdiguières, à laquelle appartenait François de Bonne, duc de Lefdiguières, pair & connétable de France, gouverneur du Dauphiné, &c, &c., fils de Jean de Bonne, feigneur des Diguières, &c, brave & vaillant capitaine, & de Françoife de Caftellane. Il naquit, en 1543, à Saint-Bonnet, dans les Hautes-Alpes, & arriva aux plus hautes dignités du royaume.

Il époufa, en 1566, Claudine de Bérenger, fille d'André de Bérenger, feigneur du Gua, dont il eut un fils, mort jeune, & une fille, Magdelaine de Bonne, mariée à Charles de Créquy, comte de Sault, puis duc de Lefdiguières.

En fecondes noces, il fe remaria à Marie Vignon, fa maîtresse, veuve d'Ennemond Matel, marchand de Grenoble, de laquelle il laiffa deux filles, nées du vivant d'Ennemond Matel & légitimées par mariage fubféquent : Françoife de Bonne, fiancée toute jeune à Charles-Réné du Puy-Montbrun, en 1612. & Catherine, mariée, par difpenfe du pape du 10 février 1619, à François de Créquy, fon neveu, fils de Charles de Créquy & de fa fœur du premier lit.

Catherine étant morte fans enfants, on démaria fa fœur Françoife, mariée au feigneur de Montbrun, pour lui faire époufer Charles de Créquy veuf de fa fœur & père de François de Créquy. « Cette union difproportionnée, » (dit M. de Terrebaffe, dans fa Relation des principaux événements de la vie de Salvaing de Boiffieu), « entre une fille de dix-neuf ans & un homme de cinquante & quelques années, s'accomplit le 3 décembre 1623 ; mais elle eut les réfultats qu'on devait en attendre : les époux vécurent affez mal enfemble, fcandalisèrent Paris & la province de leurs démêlés & n'eurent point d'enfants. »

François de Créquy de Bonne, comte de Sault, veuf de Catherine de Bonne, fe remaria, le 11 décembre 1632, avec Anne de la Magdelaine de Ragny, & devint, après la mort du maréchal de Créquy, fon père (tué en Italie d'un coup de canon le 17 mars 1738), duc de Lefdiguières & gouverneur en chef du Dauphiné.

Il laiffa de fon fecond mariage deux fils : François-Emmanuel & Charles-Nicolas de Créquy de Blanchefort dont la lignée ne tarda pas à s'éteindre dans les perfonnes de Jean-François de Paule, duc de Lefdiguières, mort en 1703, & d'Alphonfe de Créquy, comte de Canaples, mort en 1711.

info Les familles de Lesdiguières, de Magdelaine de Ragny et de Gondy, archives du château de Vizille.

2° La branche d'Auriac, feigneurs de La Batit-Neuve, de Tallard & de la Rochette.

Etienne de Bonne d'Auriac, feigneur defdits lieux, coufin & longtemps adverfaire de Lefdiguières, fut un vaillant champion de la caufe catholique, & fon fils, Alexandre, lieutenant-général au gouvernement de Lyonnais en 1631, fut également un capitaine diftingué. Ce dernier n'eut qu'une fille, Catherine de Bonne d'Auriac, qui porta les biens de fa maifon dans celle de fon mari Roger d'Hoftun, feigneur de la Baume.

3° La branche de Lazer, qui paffa en Languedoc. Elle venait de Georges de Bonne, vivant en 1573.

Pierre de Bonne, feigneur d'Ambel, fils de Jean, combattit, en 1495, à la bataille de Fornoue avec Reynaud, fon frère, & Jean de Bonne, fieur Des Diguières. Ce dernier, qui était le fils de François de Bonne & d'Alix Poncet, époufa Benoite Richière, dont il eut : Jean de Bonne, fieur des Diguières, père du connétable, qui fe fignala à Pavie en 1524, avec Honorat de Bonne, feigneur de la Rochette, fait prifonnier dans cette même journée.

Lefdiguières acquit, le 27 octobre 1609, de meffire Juft-Louis, feigneur et baron de Tournon, comte de Rouffillon, &c, les terres & feigneuries de la Tour-du-Pin, Châteauvilain & Quinfonnas ; Gafpard Alleman lui vendit, en 1614, la feigneurie d'Eclofe & la Tour de Pachoudière, & Claude du Fay, feigneur de Saint-Jean-de-Bournay, lui paffa vente de cette dernière terre, en 1617.

Le 17 août 1611, intervint un acte d'échange par lequel il remit au Domaine les terres de la Tour-du-Pin, Quinfonnas, Châteauvilain, &c., en échange du marquifat de Vizille qu'il tenait, depuis le 15 juin 1593, comme engagifte & qui fut rendu propriété patrimoniale. Il était également feigneur de la Verpillière, Heyrieu, Anthon, Falavier, le Colombier, Saint-Laurent-de-Mures, Auberive, Moirans, le Champfaur, &c.


De gueules au lion d'or ; au chef coufu d'azur, chargé de trois rofes d'argent.

Devife : Nihil nisi a numine. Nombre d'autres devifes furent faites à l'honneur du connétable.

Supports : Deux fauvages au naturel, feuilles de finople.

Cimier : Deux têtes & cols de cygnes affrontés, becqués de gueules, tenant enfemble de leurs becs un anneau d'or, enrichi d'un diamant.

gif