gif

Le parler du Charolais-Brionnais



Le language à Mussy-sous-Dun, d'après les notes de Jean Nesly instituteur à Mussy-sous-Dun dans les années 1870-1900 et auteur d'un livre sur la commune : http://www.mussy-sous-dun.fr/photos/traduc.pdf

Le patois charolais, que reste-t-il de ce vocable pittoresque. Les anciens se souviennent du temps où le patois charolais servait de moyen de communication usuel. « Je sais encore quelques mots de ce dialecte, mais je n'ai plus guère l'occasion de m'en servir. En ville, en effet, le parler charolais a disparu et les jeunes ne connaissent plus les tournures de cette langue si savoureuse et imagée. C'était la langue de la campagne profonde. L'école a tout nivelé, punissant quelquefois ceux qui employaient des tournures considérées comme incorrectes dans le français classique ». Il est coutumier, aujourd'hui encore, d'entendre des expressions comme « Il ne faut pas les y crier dessus ». L'emploi abusif du « y » à la fois comme pronom et adverbe est toujours très répandu dans les villages. On dit encore « J'y sais pas » pour « Je ne sais pas ». Ainsi, la ville et les gens instruits ont purgé leur langue, tandis que les gens simples gardent quelques vestiges de ces vocables pittoresques. L'administration y est aussi pour quelque chose dans cette uniformisation du langage. Il n'existe pas, semble-t-il, d'association pour la défense du parler charolais comme il en existe pour l'alsacien ou le breton. « Si tu veux coloniser un peuple, apprend lui ta langue » dit-on. Le Charolais-Brionnais aurait-il moins résisté au pouvoir central que d'autres régions ? Article paru dans le JSL 11.07.2005.

Plus qu'un patois, le parler Charolais Brionnais est une véritable langue. Selon M. Rossi, professeur de faculté, qui depuis des années se penche sur notre langue maternelle, le parler du Charolais-Brionnais est une véritable langue. Une langue avec des contraintes constantes c'est-à-dire des règles de grammaire, les personnes du verbe, la fonction des mots, le nombre sont marqués par de signes précis. Les parlers Charolais et Brionnais résistent à la francisation. Loin d'être le plus répandu, le francien, dialecte de l'Ile-de-France, donna naissance au français à la cour des rois capétiens. Au Moyen-Âge, une grande partie de la population française ne parle pas le français. Mais, à partir du XVIIe siècle, les écrivains provincialistes cessent d'écrire dans leurs dialectes respectifs. Seuls les gens du peuple continuent d'employer les patois dans leur conversation quotidienne. L'urbanisation et la scolarisation ont failli sonner le glas des patois qui, au début du XXe siècle, étaient encore pratiqués par la moitié des Français. Il est heureux de constater que les dialectes les plus anciens, les plus conservateurs, ceux qui possèdent une structure grammaticale et phonétique particulière, ont résisté à ce coup de boutoir. Le parler charolais a opposé et oppose encore une résistance tenace à la francisation. Les habitants ont bien conservé leurs habitudes terriennes. La vitalité de leur folklore, attestée par la troupe «  Les Gas du Tsarolais » démontre leur attachement à leur terroir et à leur langue. Charolles, Perrecy-les-Forges, Bois-Sainte-Marie constituent les bastions du « Tsarola » et le Brionnais se parle encore dans tout l'archiprêté de Semur-en-Brionnais. Les communes où se parle encore le parler charolais : Charolles, Baron, Viry, Fontenay, Champlecy, Changy, Lugny-lès-Charolles, Vendenesse-lès-Charolles, Vaudebarrier, Marcilly-la-Gueurce, Ozolles, Curbigny, Saint-Germain-en-Brionnais, Dyo, Varenne-Saint-Germain, Vitry-en-Charolais, Paray-le-Monial, Volesvres (qui se situent à la limite des parlers de la Dheune-Bourbince et de ceux du Bourbonnais), Iguerande, Fleury-la-Montagne, Coublanc, Chauffailles (qui se situent à la limite des parlers du Brionnais et ceux de la Loire), Mornay, Chiddes, Pressy-sous-Dondin, Sivignon, Suin, Vérosvres, Beaubery, Saint-Bonnet-de-Vieille-Vigne, Martigny-le-Comte, Grandvaux, Saint-Aubin-en-Charolais, Colombier-en-Brionnais, Ouroux-sous-le-Bois-Sainte-Marie, Bois-Sainte-Marie, Gibles, La Guiche, Le Rousset, Marizy, Pouilloux, Ballore, Hautefond, Dompierre-les-Ormes, Trivy, Montmelard. Pouilloux, Palinges, Génelard, Ciry-le-Noble se situent à la limite des parlers charolais et de ceux de la Dheune-Bourbince. Buffières, Saint-André-le-Désert, Saint-Martin-de-Salencey, Chevagny-sur-Guye, se situent à la limite des parlers charolais et de ceux du Mâconnais et du Clunysois. Les communes où se parlent encore le parler brionnais : Saint-Yan, l'Hôpital-le-Mercier, Versaugues, Poisson, Nochize, Saint-Didier-en-Brionnais, Oyé, Sarry, Saint-Christophe-en-Brionnais, Mailly, Saint-Julien-de-Jonzy, Varenne-l'Arconce, Briant, Sainte-Foy, Ligny-en-Brionnais, Saint-Bonnet-de-Cray, Marcigny, Anzy-le-Duc, Artaix, Baugy, Bourg-le-Comte, Céron, Chambilly, Chenay-le-Châtel, Melay, Montceaux-l'Etoile, Saint-Martin-du-Lac, Vindecy, Mussy-sous-Dun, Tancon, Chassigny-sous-Dun, Anglure-sous-Dun, Saint-Edmond, Saint-Maurice-lès-Châteauneuf, Saint-Martin-de-Lixy, Saint-Igny-de-Roche, Saint-Julien-de-Civry, Prizy, La Chapelle-sous-Dun, Saint-Racho, Varennes-sous-Dun, Vauban, Saint-Laurent-en-Brionnais, Beaudemont, Vareilles, Amanzé, Châtenay, Saint-Symphorien-des-Bois. Caractéristiques principales des parlers brionnais et charolais : si l'on excepte le charolais du sud-ouest de Charolles (brionnais), il existe deux patois charolais : le charolais de la région de Charolles et le charolais des régions de Beaubery et d'Ozolles. Dans une communication de l'A.B.S.S., Gabriel Roberjon a montré qu'il existe des différences phonétiques entre les deux parlers, en particulier en ce qui concerne les alternances vocaliques : 'Beaucoup de 'o ' de la région de Charolles deviennent 'ou', ou bien 'u' dans la région de Beaubery. Les terminaisons -ère à Charolles deviennent : -ire à Beaubery. Exemple : barrière, barrire ; pané, pani ; srizé, srisi ; Caractéristiques phonétiques sous la dépendance du français populaire : - caducité de l''e' dit muet (e moyen) dans le corps des mots et dans les syllabes finales muettes, exemple : ts'min, tab', liv' ; - réduction des groupes de consonnes par assimilation : KT devient K, exemple : insecte, insèque ; architecte, artsitèque. ST devient SS, exemple : indigeste, indigesse ; grotesque, grotesse ; - métathèse des liquides L et R, exemple : personnes, preussonne ; leçon, eulçon ; - dissimilation des liquides L et R, exemple : corridor, colidor ; cérébral, célébral ; alcool, arcool. Caractéristiques phonétiques sous la dépendance de l'ancien français : - maintien des affriquées (semi-occlusives) médiévales, exemple coucher, coutsi (ch-ts) ; manger, mandzi (j-dz) ; - conservation de la nasalisation médiévale, exemple : année, an-née ; - chute de la consonne finale avec allongement de la voyelle précédente, exemple : sac, sâ ; fil-fî ; - vocalisation du son médiéval al, au. Exemple : mal, mau ; jal, jau. Caractéristiques phonétiques sous la dépendance du dialecte : - palatisation, exemple : veau, viau ; peau, piau ; blanche, byintse ; place, pièce ; - désinence en 'i' pour les verbes et les mots en -ier, exemple : coucher, coutsi ; manger, mandzi ; pommier, pommi ; cerisier, tsrizi ; - réduction de la diphtonque -ié à -i (ouest charolais) et à -é (est charolais), exemple : barrière, barrire, barrère ; - différenciation de -ei en -oi derrière une consonne labiale, exemple : peine, poine ; - réduction de la diphtonque -oi à -a avec chute du 'r' final, exemple : noir, na ; moi, ma ; - réduction de la diphtonie oi à o, exemple : bois, bô. - changement d'aperture vocalique, ou devient o, exemple : toute, tote ; toujours, todzo. è devient a : pierre, piarre ; - assourdissement à la chute des protoniques, exemples : poisson, p'chon ; moisson, m'chon ; moissonner, m'chonni ; malade, m'lède ; noyé, né ; poirier, pri ; derrière, dri. Article paru dans le JSL 11.07.2005.

Dictionnaire étymologique et ethnologique des parlers brionnais de Mario Rossi :

Le livre de Mario Rossi sur Google Livres

http://www.publibook.com/boutique2006/detail-1918-PB.html

http://www.publibook.com/librairie/images/1886PREV.pdf

gif