gif

Les familles MUSINO et MUSY d'après G. de Rivoire de La Bâtie

Famille de Musino Famille de Musy


[Source : Armorial du Dauphiné, par G. de Rivoire de La Bâtie (1867)]

Famille MUSINO (ou MUSINOD)

Me Pierre de Musino était greffier du bailliage de Vienne en 1540. Cette famille acquit la noblesse par Antoine de Musino, premier président en la Chambre des comptes de Savoie et de Piémont, pour le roi Henri II en 1556. Son fils ayant dérogé, Louis de Musinod, petit-fils de ce dernier, conseiller en la cour des aides de Vienne, fut rétabli et réhabilité par lettres du 10 août 1654, vérifiées en 1658. Il fut père de Claude de Musinod, conseiller au parlement de Metz en 1670.

D'azur, à une fasce d'or, accompagnée de 5 besants d'argent 3.2.

Famille MUSY

Lieux cités : Romanêche, Le Châtelard de Cessieu, La Molette, Chantarost, La Tour-du-Pin, Saint-Véronin, Diemoz.

Famille originaire de la Tour-du-Pin, et divisée dès le principe en deux branches :

La première branche est venue de Simon Musy, pourvu d'une charge de maitre ordinaire en la Chambre des comptes le 25 février 1588. Il laissa d'Isabeau de Bally :

1° Georges, qui suit ;
2° Antoine, seigneur du Châtelard.

Georges de Musy, pourvu de la charge de vibailli et lieutenant-général civil et criminel au bailliage de Vienne, par résignation de Humbert de Chaponay, le 16 février 1620, procureur-général au parlement, puis premier président de la cour des aides de Vienne, acquit le 8 septembre 1638, des commissaires chargés de l'aliénation du domaine, avec messires Jean-Baptiste de La Porte, seigneur de Doissin, et Alexandre de Vallin, les terres, seigneuries et châtellenies de la Tour-du-Pin, Châteauvilain et Eclose, avec leurs paroisses en toute justice. La terre de la Tour-du-Pin resta la part de Georges de Musy, qui, le 6 novembre 1654, se rendit acquéreur de la terre de Diemoz, que lui subrogea Jean de Dorgeoise, seigneur de la Tivolière et de Voiron. Jeanne de La Baume, sa veuve, en rendit hommage le 29 mai 1659. Il laissa :

1° Pierre, sui suit ;
2° Charles de Musy, ecclésiastique ;
3° François, sieur de Saint-Véronin.

Pierre de Musy, seigneur de la Tour-du-Pin et de Diemoz, premier président en la cour souveraine de Bourg, puis au parlement de Metz, mort en 1666, épousa Marie-Catherine de Clermont, fille de Roger de Clermont, marquis de Thoury, et de Gabrielle de Pernes, de laquelle il eut :

1° Roger, qui suit ;
2° Jean de Musy, vivant en 1671.

Roger de Musy, comte de la Tour-du-Pin, seigneur de Diemoz et Romanêche en 1680, épousa Louise de Clermont.

Gabrielle de Musy, comtesse de Romanêche, dame de la Tour-du-Pin, Pressins, le Pont-de-Beauvoisin, Diemoz, La Bâtie-Montgascon, dernière représentante de cette famille, épousa Pierre de Vallin, seigneur du Rosset et d'Hières. Elle habitait la Tour-du-Pin au moment de la Révolution, et ne laissa qu'une fille unique, Mlle de Vallin, mariée au comte de La Poype, frère ainé du général de La Poype.

Deuxième branche :

Me Léonard Musy, trésorier et receveur-général de Dauphiné, fils de Pierre Musy, reçut en 1578 albergement du château et des vieilles masures de la Tour-du-Pin, sauf la grosse tour du château. Il fut anobli par sa charge de trésorier-général de France en Dauphiné et au marquisat de Saluces, dont il fut pourvu le 1er décembre 1579, et qu'il remplit jusqu'en 1640. Il laissa plusieurs enfants, qui formèrent trois rameaux :

1° Melchior de Musy, châtelain de la Tour-du-Pin en 1649, qui eut d'Esther Borin : François de Musy ;

2° Pierre de Musy, seigneur du Châtelard, qui laissa de Claudaz de Torchefelon, fille de Pierre de Torchefelon, seigneur du Châtelard-de-Cessieu :

a. Annibal de Musy, seigneur du Châtelard de Cessieu, né en 1631 ;
b. Claude ;
c. Gaspard ;
d. Léonard ;
e. Jean-François ;
f. Bernard, né en 1637 ;
g. Marie.

3° Gaspard de Musy, seigneur de La Molette et de Chantarost, eut de Françoise de Ventes, dame de Chantarost :

a. Ennemond de Musy, seigneur de La Molette ;
b. Gaspard de Musy ;
c. Jacques de Musy, prêtre, seigneur de Chantarost, pour lequel Pierre de Ventes, seigneur de la Tour-Noire, hommagea comme procureur fondé la maison forte de Chantarost en 1699.

Ennemond de Musy, seigneur de La Molette, et ses deux frères, vivaient au commencement du XVIII° siècle. Ils étaient alliés de très près à la famille de Buffevent. N. de Musy (Louise Pierrette), fille de noble Ennemond de Musy et de feue Marie-Anne Milloz, épousa, le 1er août 1730, Pierre Naturel-Bergeron, notaire, et châtelain-royal de la Tour-du-Pin.

Cette branche paraît avoir pris fin dans la famille Joly de Fusselet, qui transmis la maison forte de la Molette à celle de Janon du Contant, d'où elle entra dans la maison de Montchenu.

D'azur, au lion d'or, armé et lampassé de gueules. (Aliàs couronnés). La branche de Léonard de Musy et les rameaux qu'elle avait formés, brisaient d'une bordure d'argent.

gif